Questions fréquemment posées : candidats formés à l’étranger

Je suis un ergothérapeute formé à l’étranger et j’aimerais exercer au Canada. Quelles étapes dois-je suivre pour obtenir l’autorisation d’exercer la profession?

AVIS IMPORTANT À L’INTENTION DES POSTULANTS FORMÉS À L’ÉTRANGER

 

À partir du 1er mai 2015, les ergothérapeutes qui ont été formés en ergothérapie à l’extérieur du Canada – y compris les Canadiens qui ont obtenu leur formation en ergothérapie hors du Canada – et qui veulent s’inscrire n’importe où au Canada (sauf au Québec) pour exercer leur profession, doivent d’abord présenter une demande à l’Association canadienne des organismes de réglementation en ergothérapie (ACORE) pour compléter un nouveau processus d’évaluation – le Système d’évaluation de l’équivalence substantielle (SEES). Une fois que l’ACORE a jugé que les postulants formés à l’étranger possèdent une formation substantiellement équivalente aux ergothérapeutes formés au Canada, ces postulants peuvent présenter une demande à l’organisme de réglementation de leur choix pour poursuivre le processus de qualification pour l’inscription. Le coût du SEES sera de 3 100 $ par postulant.  Pour en savoir plus, visitez la section < FOIRE AUX QUESTIONS: SEES >

Remarque : Les ergothérapeutes formés à l’étranger qui ont présenté une demande d’inscription auprès de cet Ordre avant le 1er mai 2015 et dont les demandes sont en cours de traitement par l’Ordre, auront un an pour achever leur processus d’inscription dans le cadre du système actuel sans avoir besoin de compléter le processus SEES. Tout postulant actuel qui n’achève pas son processus d’inscription pendant la période d’un an ci-mentionnée devra présenter une demande à l’ACORE pour compléter le nouveau processus d’évaluation SEES.

Visitez la section « S’inscrire » de notre site Web pour en savoir plus sur la façon d’obtenir l’autorisation d’exercer la profession au pays.

Je suis diplômé d’un pays membre de la Fédération mondiale des ergothérapeutes (FME). Puis-je exercer la profession au Canada?

Détenir un diplôme d’une école ou d’un établissement d’enseignement agréés par la FME n’est pas suffisant pour obtenir le droit d’exercer la profession au Canada. Vous devez également répondre à des exigences particulières. Pour en savoir plus, visitez la section « S’inscrire au Canada » de notre site Web. Pour plus de renseignements sur la façon d’obtenir l’autorisation d’exercer la profession au Canada, visitez le portail pour les EFE.

De quelle formation ai-je besoin pour exercer la profession au Canada?

Vous n’êtes pas tenu d’être diplômé d’une université canadienne pour obtenir le droit d’exercer la profession d’ergothérapeute au Canada. Votre diplôme doit être substantiellement  équivalent à un diplôme canadien. De manière générale, votre formation doit vous avoir préparé à exercer la profession d’ergothérapeute et comprendre au moins 1 000 heures de formation clinique supervisée. Cependant, les exigences en matière de formation et les méthodes pour déterminer si celle-ci équivaut de manière substantielle à celle des diplômés canadiens peuvent varier d’une province à l’autre. Pour connaitre les exigences de chacun des organismes de règlementation provinciaux, visitez le site Web de l’organisme de la province où vous désirez.

Si vous désirez en savoir plus à propos de la formation d’ergothérapeute au Canada, visitez le site Web de l’Association canadienne des programmes universitaires en ergothérapie (ACPUE). Vous y trouverez notamment une liste des programmes universitaires en ergothérapie au Canada.

Quelle est la durée du processus d’inscription?

En général, la durée du processus d’inscription varie d’une province à l’autre et dépend du temps requis pour évaluer votre dossier selon votre situation personnelle et le processus d’inscription de la province dans laquelle vous faites une demande. Veuillez visiter le site Web de l’organisme de règlementation provincial pour en savoir plus.

Dois-je me réinscrire si je déménage dans une autre province du Canada?

Oui. L’autorisation d’exercer est réglementée par chaque province, ce qui signifie que lorsque vous déménagez, vous devez déposer une demande d’autorisation dans la nouvelle province. De plus, l’inscription exige des frais.

Dois-je me soumettre à un test d’anglais pour exercer la profession au Canada? Si oui, quel résultat dois-je obtenir?

Les normes et les exigences linguistiques varient d’une province à l’autre. Visitez le site Web de l’organisme de règlementation provincial auquel vous désirez vous inscrire pour en savoir plus.

J’aimerais exercer la profession dans une province canadienne autre que le Québec, mais mes compétences en anglais sont faibles. Que me suggérez-vous?

Vous pouvez perfectionner vos compétences en anglais de nombreuses façons. Une liste de cours et d’ateliers pourrait se trouver sur le site Web des organismes d’aide à l’intégration des immigrants et des réfugiés de chaque province, de même que sur le site Web de chaque association provinciale d’ergothérapeutes. Enfin, il existe des écoles de langues dans la plupart des villes canadiennes. Visitez le portail Web pour les ergothérapeutes formés à l’étranger pour en savoir plus.

Les heures de travail effectuées à titre d’ergothérapeute dans mon pays d’origine sont-elles considérées au Canada?

Chaque organisme de règlementation provincial a ses règles quant aux heures d’exercice de la profession exigées pour délivrer l’autorisation de pratiquer dans la province. Il est probable que les heures effectuées dans votre pays d’origine soient prises en compte. Visitez le site Web de l’organisme de règlementation provincial auprès duquel vous désirez vous inscrire pour en savoir plus.

Comment trouver un emploi d’ergothérapeute au Canada?

Les offres d’emploi pour les ergothérapeutes sont souvent affichées sur le site Web des établissements recruteurs et des autorités gouvernementales de la santé, dont les ministères provinciaux de la santé, les entreprises privées et les écoles. Certaines associations provinciales d’ergothérapeutes publient également des offres d’emploi. Visitez ces sites Web pour en savoir plus :

Association canadienne des ergothérapeutes

HealthMatch BC

Portail pour les EFE

Où puis-je m’adresser pour en savoir plus sur la profession d’ergothérapeute au Canada?

Visitez ces sites Web pour en savoir plus :

Association canadienne des ergothérapeutes

HealthMatch BC

Portail pour les EFE

Où puis-je faire du bénévolat pour en apprendre davantage sur l’exercice de la profession d’ergothérapeute au Canada?

Les ergothérapeutes travaillent dans les écoles, les établissements de santé, les cliniques et les cabinets privés. Si vous désirez faire du bénévolat, communiquez directement avec l’employeur pour connaitre les possibilités.

Avec qui puis-je communiquer pour en savoir davantage à propos de l’inscription permettant d’exercer la profession au Canada?

Visitez d’abord la section « S’inscrire au Canada » sur notre site Web. Ensuite, rendez-vous sur le site Web de l’organisme de règlementation provincial auprès duquel vous désirez vous inscrire. Une personne ressource est mentionnée sur chaque site Web afin de vous guider dans votre processus d’inscription. 

Comment puis-je entrer en contact avec d’autres EFE pour échanger?

L’Association canadienne des ergothérapeutes (ACE) et le Projet de préparation à la pratique et à l’examen national en ergothérapie (PPE-ERGO) pour les ergothérapeutes formés à l’étranger peuvent offrir une assistance aux EFE. Les organisations provinciales professionnelles en ergothérapie peuvent également fournir du soutien et des conseils.

DOIS-JE PASSER UN EXAMEN? Où puis-je passer cet examen?

Les candidats de toutes les provinces, à l’exception du Québec, doivent passer l’examen national d’attestation administré par l’Association canadienne des ergothérapeutes (ACE).  Pour en savoir plus, visitez le site Web de l’ACE

COMMENT PUIS-JE ME PRÉPARER À L’EXAMEN NATIONALÉ ?  OÙ PUIS-JE EMPRUNTER LES LIVRES UTILES POUR CETTE PRÉPARATION ?

L’Association canadienne des ergothérapeutes est responsable de l’administration de l’examen national. Vous trouverez de l’information sur cet examen ici. Le Projet de préparation à la pratique et à l’examen national en ergothérapie (PPE-ERGO) peut également aider les candidats à se préparer pour cet examen. Pour en savoir plus, visitez leurs sites Web.

 

FOIRE AUX QUESTIONS: SYSTÈME D’ÉVALUATION DE L’ÉQUIVALENCE SUBSTANTIELLE (SEES)

Q1 : Qu’est-ce que le SEES?

R : Le SEES est un nouveau processus d’évaluation qui sert à déterminer jusqu’à quel point les qualifications et compétences scolaires d’ergothérapeutes formés à l’étranger (EFE) sont substantiellement équivalentes à celles d’ergothérapeutes formés au Canada. Lorsqu’il sera complètement établi en 2015, ce processus constituera la première démarche pour tous les EFE[1] qui veulent s’inscrire au Canada. Le SEES est un processus d’évaluation à plusieurs étapes qui :

  • examine les études achevées au départ par les EFE;
  • permet aux EFE de démontrer ce qu’ils connaissent et peuvent faire;
  • s’assure que les EFE connaissent les lois, l’éthique et les normes d’exercice canadiennes en ce qui a trait à la pratique de l’ergothérapie au Canada.

Le SEES comprend quatre volets principaux :

  • Évaluation des diplômes (ACA)
  • Évaluation des titres de compétence associés à la profession (PSCA)
  • Évaluation des connaissances sur la jurisprudence (JKAT)
  • Évaluation de la compétence

Dans le cadre du SEES, tous les ergothérapeutes formés à l’étranger devront également démontrer un niveau de compétence linguistique minimal fondé sur une norme acceptée par tous les membres de l’ACORE.

 

Q2 : Que signifie « substantiellement équivalent » dans le cadre du processus SEES?

R : L’ACORE reconnaît qu’aucun programme éducatif n’est identique. « Substantiellement équivalent » signifie que les qualifications et compétences d’un postulant doivent être équivalentes mais pas nécessairement identiques, pour tous les éléments essentiels, à celles des ergothérapeutes formés au Canada. Les ergothérapeutes formés à l’étranger (EFE) ne sont pas obligés de satisfaire des normes plus rigoureuses que celles qui ont été établies pour les ergothérapeutes qui ont été formés ou qui exercent leur profession au Canada et il peut y avoir des différences dans la façon dont un EFE démontre son équivalence substantielle aux normes canadiennes. Le SEES examine les qualifications et compétences des postulants pour déterminer si les exigences d’équivalence substantielle ont été satisfaites.

 

Q3 : Qu’est-ce qu’un EFE?

R : Un EFE (ergothérapeute formé à l’étranger) est toute personne qui a achevé sa formation en ergothérapie dans un établissement en dehors du Canada. Ceci comprend les Canadiens qui ont été formés à l’étranger. Le SEES s’applique à tous les EFE, quel que soit leur pays d’origine ou le lieu où ils ont été élevés.

 

Q4 : Comment le SEES accroît-il la protection du public?

R : Le nouveau modèle vise à assurer que tous les ergothérapeutes inscrits satisfont le niveau minimal de compétence leur permettant d’exercer leur profession de manière sécuritaire et responsable au Canada.

 

Q5 : Comment le SEES diffère-t-il de l’ancien processus d’évaluation des EFE?

R : Avant le SEES, il y avait des différences importantes dans la façon dont les organismes de réglementation canadiens évaluaient les demandes des ergothérapeutes formés à l’étranger (EFE). Ceci comprenait des normes de compétence linguistique différentes ainsi que l’utilisation de divers organismes externes pour évaluer les diplômes. Il n’existait pas non plus un étalon national en matière de formation en ergothérapie à partir duquel la formation des EFE pouvait être évaluée. Enfin, l’évaluation se fondait surtout sur un examen de la documentation sans tenir compte des compétences des EFE.

Le SEES offre plutôt une démarche objective et uniforme qui se sert de plusieurs nouveaux outils d’évaluation qui ont été élaborés soigneusement et mis à l’essai. Le processus comprend également une évaluation de la compétence en personne permettant aux EFE de démontrer ce qu’ils savent et ce qu’ils peuvent faire. Le SEES comprend quatre volets principaux :

  • Évaluation des diplômes (ACA)
  • Évaluation des titres de compétence associés à la profession (PSCA)
  • Évaluation des connaissances sur la jurisprudence (JKAT)
  • Évaluation de la compétence

Dans le cadre du SEES, tous les EFE devront aussi démontrer un niveau de compétence linguistique minimal fondé sur une norme acceptée par tous les membres de l’ACORE.

 

Q6 : Pouvez-vous expliquer le nouveau processus?

R : Le modèle d’équivalence substantielle comprend des activités de reconnaissance des qualifications professionnelles et de vérification de la compétence. La reconnaissance des qualifications professionnelles met l’accent sur une évaluation des diplômes ainsi que sur un examen du programme scolaire (évaluation des titres de compétence associés à la profession). Ces deux évaluations portent sur les documents d’éducation et les relevés de notes fournis par les ergothérapeutes formés à l’étranger (EFE). La vérification de la compétence porte sur les connaissances en ergothérapie et en jurisprudence, et comprend un examen à livre ouvert sur la jurisprudence ainsi qu’une évaluation en personne des compétences acquises au cours de la formation et d’expériences professionnelles pratiques précédentes.

Ce processus en plusieurs étapes, dont une partie peut être réalisée en ligne, commence avec la présentation d’une demande à l’ACORE. Les postulants disposent d’une période maximale d’un an pour achever le processus. Une fois que toutes les étapes sont terminées, l’ACORE soumet un rapport à l’organisme de réglementation provincial approprié. Ce rapport indique si le postulant a satisfait les exigences d’équivalence substantielle. Si cela est le cas, le postulant peut poursuivre les étapes établies par l’organisme de réglementation provincial pour son inscription. L’ACORE avisera également l’Association canadienne des ergothérapeutes (ACE) – l’organisme qui administre l’examen national d’attestation – que le postulant est admissible à faire l’examen.

 

Q7 : Qu’est-ce qu’une évaluation des diplômes et comment puis-je l’obtenir?

R : L’ACORE demande à tous les postulants de communiquer avec l’organisme World Education Services (WES) pour faire faire une telle évaluation. WES est un fournisseur de services qui authentifie des relevés de notes officiels et d’autres documents scolaires, et qui détermine si le niveau de formation d’un postulant est substantiellement équivalent à la formation minimale offerte par un baccalauréat ès sciences ou une maîtrise ès sciences en ergothérapie. Une fois que les postulants ont reçu leur rapport, ils donnent la permission à WES de le faire parvenir à l’ACORE dans le cadre de leur demande initiale.

 

Q8 : Pourquoi dois-je utiliser les services de World Education Services (WES) pour l’évaluation de mes diplômes?

R : Pour assurer l’uniformité du processus d’évaluation, compte tenu du fait que les services d’évaluation ont tendance à appliquer des critères différents, les membres de l’ACORE ont décidé d’utiliser les services d’un seul fournisseur d’évaluation des diplômes. Après avoir fait une analyse comparative des options canadiennes, l’ACORE a choisi les services de WES.

 

Q9 : Qu’est-ce qu’une évaluation des titres de compétence associés à la profession (PSCA)?

R : L’évaluation des titres de compétence associés à la profession est un outil qui permet à l’ACORE d’examiner de près le programme d’études et les stages pratiques d’un postulant pour déterminer jusqu’à quel point ils sont similaires à ceux des ergothérapeutes formés au Canada. Cet outil se fonde sur un nouvel étalon en matière de formation canadienne des ergothérapeutes qui a été élaboré par l’ACORE, en collaboration avec toutes les 14 universités canadiennes offrant des programmes d’études en ergothérapie.

 

Q10 : Qu’est-ce que l’évaluation des connaissances sur la jurisprudence (JKAT)?

R : L’évaluation des connaissances sur la jurisprudence est un examen à choix multiples et à livre ouvert que les postulants doivent réussir. Ils ont droit à trois essais. Cette évaluation porte sur les normes d’exercice et de déontologie que les ergothérapeutes doivent respecter lorsqu’ils travaillent au Canada.

 

Q11 : Qu’est-ce que l’évaluation de la compétence?

R : L’évaluation de la compétence comprend une entrevue en personne qui dure une journée et qui permet aux postulants de démontrer leurs compétences acquises lors de leur formation scolaire et de leurs stages pratiques. Pendant l’entrevue, on présente au postulant divers scénarios et on lui demande de répondre à une série de questions sur ces scénarios.

 

Q12 : Puis-je faire l’évaluation de la compétence virtuellement à l’aide d’un ordinateur?

R : Non. L’évaluation de la compétence est une entrevue qui se déroule en personne à un lieu déterminé par l’ACORE (à une distance maximale de 500 km du lieu de résidence du postulant). Toutes les évaluations auront lieu au Canada.

 

Q13 : Quels critères doivent être satisfaits pour déterminer l’équivalence substantielle?

R : Un ergothérapeute formé à l’étranger (EFE) est jugé avoir satisfait les exigences d’équivalence substantielle lorsque tous les critères suivants sont respectés :

  1. Le rapport d’évaluation des diplômes du postulant confirme que le niveau d’éducation de celui-ci est substantiellement équivalent à un baccalauréat ès sciences ou une maîtrise ès sciences en ergothérapie.
  2. Le postulant a achevé un minimum de 1 000 heures de stages pratiques dans le cadre de son programme de formation.
  3. Le pointage de l’évaluation des titres de compétence associés à la profession du postulant est équivalent ou supérieur à un pointage déterminé (celui-ci est présentement 73 points).
  4. Le pointage de l’évaluation de la compétence du postulant est équivalent ou supérieur à un pointage déterminé (celui-ci est présentement 81 points).
  5. Le postulant a réussi l’évaluation des connaissances sur la jurisprudence.
  6. Le postulant a satisfait l’exigence en matière de compétence linguistique.

 

Q14 : Lorsqu’un postulant ne démontre pas une équivalence substantielle, un perfectionnement est-il possible?

R : Il sera jugé que l’équivalence substantielle n’a pas été démontrée si le postulant ne peut pas satisfaire tous les critères mentionnés ci-haut. Selon les lacunes identifiées par les évaluations, les postulants peuvent recevoir des recommandations pour combler ces lacunes, comme un rattrapage scolaire.

Il est possible qu’une équivalence substantielle puisse être démontrée après que des activités de perfectionnement requises ou recommandées aient été achevées.

 

Q15 : Lorsque des lacunes sont identifiées dans les compétences ou les qualifications, est-ce que les postulants reçoivent de l’information sur les moyens de combler ces lacunes?

R : Lorsque c’est possible, l’ACORE identifiera les options présentement offertes au Canada pour combler les lacunes. Au cours des deux prochaines années, l’ACORE collaborera avec des partenaires dans le domaine de l’éducation et de la réglementation pour identifier et élaborer une gamme d’options en ligne visant expressément à combler les lacunes de formation d’ergothérapeutes formés à l’étranger (EFE).

 

Q16 : À combien d’essais un postulant a-t-il droit pour réussir l’évaluation des connaissances sur la jurisprudence (JKAT)?

R : Les postulants ont droit à trois essais.

 

Q17 : Que se passe-t-il si j’échoue le troisième essai de l’évaluation des connaissances sur la jurisprudence (JKAT)?

R : On jugera que vous avez démontré une lacune dans au moins une compétence essentielle; des recommandations peuvent être offertes pour perfectionner vos connaissances et combler cette lacune.

 

Q18 : Est-ce que les postulants qui ne satisfont pas à des critères de l’équivalence substantielle peuvent demander un réexamen de la décision?

R : Des décisions seront prises pendant tout le processus SEES lorsque les postulants passent d’une évaluation à l’autre. Le postulant peut demander à ce qu’une décision soit réexaminée à tout moment du processus. En général, une telle demande doit être envoyée au comité de détermination du SEES par l’entremise de l’ACORE. Seules des personnes qui n’étaient pas impliquées dans le processus original de prise de décisions pourront participer au réexamen de la décision. Une fois que la décision contestée a été réexaminée, la décision qui en ressort est jugée finale.

Les postulants doivent remplir une demande de réexamen dans les 30 jours qui suivent la réception d’une décision. Des frais d’administration sont chargés pour la demande de réexamen.

 

Q19 : Comment saurai-je si j’ai satisfait l’exigence d’équivalence substantielle?

R : Après avoir achevé le processus d’évaluation de l’équivalence substantielle et quel que soit le résultat de ce processus, l’ACORE fournira un rapport de sa décision au postulant et à l’organisme de réglementation approprié dans les 30 jours qui suivent. Le rapport indique si l’exigence d’équivalence substantielle a été satisfaite.

 

Q20 : Je suis un ergothérapeute formé en France et j’aimerais exercer ma profession au Canada. Étant donné que le français est ma langue maternelle, pourquoi dois-je démontrer formellement ma compétence linguistique?

R : Une excellente communication est une des principales compétences essentielles associées à l’exercice de l’ergothérapie et elle est essentielle pour la prestation de services de qualité qui sont sécuritaires et efficaces. Pour ces raisons, tous les postulants doivent fournir une preuve objective et convaincante de leur compétence linguistique en anglais ou en français. En plus de réussir un test standardisé de compétence linguistique (comme TOEFL, IELTS ou TESTCan), les postulants peuvent également démontrer leur compétence en fournissant une preuve qu’ils ont reçu leur formation en français ou en anglais.

 

Q21 : Est-ce que les postulants qui ont été formés dans une langue autre que l’anglais ou le français peuvent faire le processus SEES dans la langue de leur choix?

R : Non. Tous les volets du processus seront offerts dans une des deux langues officielles du Canada – l’anglais ou le français. Pour cette raison, l’ACORE accepte seulement les documents qui sont en anglais ou en français. Si un document original qui doit être soumis existe seulement dans une langue autre que l’anglais ou le français, le postulant doit soumettre une traduction en anglais notariée du document et c’est au postulant de payer les frais de la traduction et de l’attestation. L’ACORE fera traduire et paiera tous les coûts associés à la traduction de documents du français à l’anglais.

 

Q22 : Combien coûtera le processus SEES?

R : L’ACORE estime que le processus SEES complet coûtera environ 3 100 $. Ce coût ne comprend pas le coût de l’évaluation des diplômes qui est payé directement par le postulant, le coût de toute évaluation de la compétence linguistique, le coût de la surveillance électronique pour l’évaluation de la connaissance sur la jurisprudence (JKAT) faite à la maison et tout autre coût associé aux déplacements et à l’hébergement pour assister à la journée d’évaluation de la compétence.

Le SEES a établi un système de paiement progressif en trois points qui permet aux postulants de payer seulement au fur et à mesure qu’ils réussissent les différents volets du processus. Ces points de paiement sont les suivants :

  • Au moment de la soumission de la demande initiale et du rapport d’évaluation des diplômes de WES
  • Au moment de la soumission du formulaire d’auto-évaluation des titres de compétence associés à la profession et de la documentation à l’appui
  • Au moment de l’inscription à l’entrevue pour l’évaluation de la compétence

Le processus de paiement progressif – lié aux différentes étapes du modèle d’évaluation – permet d’assurer que les postulants qui ne pourront probablement pas poursuivre le processus après l’examen initial des diplômes ou l’évaluation des titres de compétence associés à la profession n’auront pas besoin de payer les droits pour l’évaluation de la compétence.

 

Q23 : Est-ce que le processus SEES pourra accommoder les postulants qui ont un handicap?

R : L’ACORE accommodera, de façon appropriée et sans frais, les postulants qui ont un handicap vérifié, lorsque cela est raisonnable, pour la journée d’évaluation de la compétence ainsi que l’évaluation des connaissances sur la jurisprudence (JKAT).

La demande à cet effet devrait être soumise au moins 45 jours avant les dates d’évaluation confirmées. Tous les renseignements seront gardés strictement confidentiels par l’ACORE et seront utilisés seulement pour déterminer la meilleure façon d’accommoder le postulant.

 

Q24 : Je suis un ergothérapeute formé à l’étranger (EFE) qui participe présentement au processus d’inscription pour travailler au Canada. Comment serai-je affecté par le processus SEES?

R : Les EFE qui ont présenté une demande d’inscription auprès d’un organisme de réglementation provincial avant le lancement du SEES ne seront pas affectés par le nouveau processus. Ces EFE continueront de faire le processus d’évaluation original de la province où l’inscription a été soumise. Tout EFE qui présente une demande d’inscription après la mise en œuvre du SEES sera automatiquement acheminé au nouveau processus SEES. Veuillez remarquer : Les EFE qui ont présenté une demande d’inscription auprès d’un organisme de réglementation provincial avant le 15 mai 2015 et dont la demande est en cours de traitement par cet ordre auront un an à partir de la date de la demande pour achever le processus d’inscription dans le cadre du système actuel. Ceux-ci n’auront pas besoin de faire le processus SEES. Tout postulant actuel qui n’achève pas son processus d’inscription pendant la période d’un an devra présenter une demande à l’ACORE pour compléter le nouveau processus d’évaluation SEES.

 

Q25 : Comment puis-je avoir accès à l’examen national d’attestation?

R : Une fois que vous avez satisfait l’exigence d’équivalence substantielle, vous et l’organisme de réglementation provincial de votre choix recevrez un avis indiquant que vous pouvez maintenant commencer le processus d’inscription provincial. L’ACORE avisera l’Association canadienne des ergothérapeutes (ACE) – l’organisme qui administre l’examen national d’attestation pour les organismes de réglementation provinciaux – que le postulant est admissible à faire l’examen.

 

Q26 : Que se passe-t-il si j’ai déjà reçu une lettre de l’ACE indiquant que je suis admissible à faire l’examen national d’attestation?

R : Il se peut que vous ne soyez pas affecté par le nouveau processus. Si vous avez reçu une lettre de l’ACE indiquant que vous êtes admissible à faire l’examen national d’attestation des ergothérapeutes et que vous présentez ou avez déjà présenté une demande d’inscription à un organisme de réglementation provincial avant le 1er mai 2015, vous continuerez de faire le processus d’inscription original établi par l’organisme de réglementation provincial et vous n’aurez pas besoin d’être évalué par le SEES.

Veuillez remarquer : Vous avez un an à partir de la date de votre demande d’inscription auprès de l’organisme de réglementation provincial pour achever le processus d’inscription dans le cadre du processus actuel. Vous devrez toutefois être évalué par le SEES si :

  • vous n’avez pas achevé le processus d’inscription original auprès d’un organisme de réglementation provincial en dedans de la période d’un an mentionnée ci-haut;
  • vous ne présentez pas une demande d’inscription auprès d’un organisme de réglementation provincial avant le 1er mai 2015.

Les postulants qui font partie d’une de ces deux catégories – c’est-à-dire ceux qui ne présentent pas une demande d’inscription auprès d’un organisme de réglementation provincial avant le 1er mai 2015 ou ceux qui n’ont pas achevé le processus d’inscription original auprès d’un organisme de réglementation provincial en dedans de la période d’un an – devraient communiquer le plus tôt possible pour faire le processus d’évaluation de l’équivalence substantielle. C’est seulement après qu’ils ont satisfait l’exigence d’équivalence substantielle qu’ils peuvent avoir accès à l’examen national d’attestation et être acheminés au processus d'inscription de l’organisme de réglementation provincial de leur choix. Le processus SEES aidera à déterminer si les postulants sont prêts à faire l’examen.

 

Q27 : Est-ce que l’examen national d’attestation n’est pas suffisant pour évaluer si un ergothérapeute formé à l’étranger (EFE) possède les connaissances et qualifications suffisantes pour travailler au Canada?

R : L’examen national d’attestation des ergothérapeutes est un élément important du processus d’inscription de tous les ergothérapeutes au Canada. Tous les ergothérapeutes formés au Canada et à l’étranger doivent réussir l’examen, sauf s’ils exercent leur profession au Québec. L’examen national évalue les connaissances en ergothérapie des postulants. Il n’évalue pas expressément les qualifications académiques, les programmes et les travaux de cours des postulants – un élément très important compte tenu du fait que les programmes de formation en ergothérapie diffèrent d’une province à l’autre et d’un pays à l’autre.

 

Q28 : Pourquoi les ergothérapeutes formés à l’étranger (EFE) doivent-ils faire l’examen national d’attestation s’ils satisfont l’exigence d’équivalence substantielle?

R : Le SEES évalue les qualifications académiques, les programmes et les travaux de cours de tous les postulants formés à l’étranger pour déterminer s’ils ont acquis les compétences essentielles que les étudiants en ergothérapie formés au Canada auraient acquis. Le SEES est un outil d’évaluation très important, compte tenu du fait que les programmes de formation en ergothérapie diffèrent d’une province à l’autre et d’un pays à l’autre. L’examen national d’attestation des ergothérapeutes est un élément important du processus d’inscription de tous les ergothérapeutes au Canada. Il évalue les connaissances en ergothérapie des postulants et doit être réussi par tous les ergothérapeutes formés au Canada et à l’étranger (sauf s’ils exercent leur profession au Québec).

 

Q29 : Avec qui puis-je communiquer pour discuter du SEES?

R : Si vous avez besoin de plus amples renseignements sur le SEES, veuillez visiter le site Web de l’ACORE à www.acotro-acore.org ou envoyez un courriel à [email protected].

 

Q30 : Si je parle couramment le français, dois-je quand même démontrer ma compétence linguistique en anglais?

R : Les deux langues officielles du Canada sont l’anglais et le français. Toutefois, certains organismes de réglementation provinciaux exigent que les ergothérapeutes qui exercent leur profession dans leur province puissent démontrer leur compétence linguistique en anglais afin de pouvoir travailler dans cette province. Vous pouvez donc faire le processus SEES en anglais ou en français (et démontrer votre compétence linguistique dans une de ces deux langues pour pouvoir achever le processus SEES), mais il se peut que vous deviez quand même démontrer votre compétence linguistique à un organisme de réglementation provincial si la langue utilisée pour faire le processus SEES est différente de la langue officielle parlée dans la province où vous voulez travailler. Veuillez visiter le site Web de l’organisme de réglementation provincial qui vous intéresse pour obtenir de plus amples renseignements à ce sujet.



[1] Il y a une exception pour les EFE qui veulent s’inscrire au Québec; ceux-ci devront se conformer au processus d’évaluation de cette province.